Cliquez sur le titre de l'article pour lire la suite

L'avenir de la ZAD vu par les Zadistes

Publié par NDDL41 sur 21 Septembre 2017

Les 6 points pour l’avenir de la zad

« Nous défendons ce territoire et y vivons ensemble de diverses manières dans un riche brassage. Nous comptons y vivre encore longtemps et il nous importe de prendre soin de ce bocage, de ses habitant-e-s, de sa diversité, de sa flore, de sa faune et de tout ce qui s’y partage. Une fois le projet d’aéroport abandonné, nous voulons :

- Que les habitant·e·s, propriétaires ou locataires faisant l’objet d’une procédure d’expropriation ou d’expulsion puissent rester sur la zone et retrouver leurs droits.

- Que les agriculteur·trices impacté·es, en lutte, ayant refusé de plier face à Ago-Vinci, puissent continuer de cultiver librement les terres dont ils et elles ont l’usage, recouvrir leurs droits et poursuivre leurs activités dans de bonnes conditions.

- Que les nouveaux habitant·es venu·es occuper la zad pour prendre part à la lutte puissent rester sur la zone. Que ce qui s’est construit depuis 2007 dans le mouvement d’occupation en termes d’expérimentations agricoles hors cadre, d’habitat auto-construit ou d’habitat léger (cabanes, caravanes, yourtes, etc.), de formes de vie et de lutte, puisse se maintenir et se poursuivre.

- Que les terres redistribuées chaque année par la chambre d’agriculture pour le compte d’Ago-Vinci sous la forme de baux précaires soient prises en charge par une entité issue du mouvement de lutte qui rassemblera toutes ses composantes. Que ce soit donc le mouvement anti-aéroport et non les institutions habituelles qui détermine l’usage de ces terres.

- Que ces terres aillent à de nouvelles installations agricoles et non agricoles, officielles ou hors cadre, et non à l’agrandissement.

- Que ces bases deviennent une réalité par notre détermination collective. Et nous porterons ensemble une attention à résoudre les éventuels conflits liés à leur mise en œuvre. »

Commenter cet article