Cliquez sur le titre de l'article pour lire la suite

DE LA SOCIÉTÉ VINCI, NOUS N'EN VOULONS PAS !

Publié par NDDL41 sur 13 Décembre 2012

(tract distribué lors de l'opération péage libre le 12/12 à Blois)

S'arrêter pour s'acquitter d'un « droit » de péage constitue l'un des innombrables gestes rituels qui jalonnent la routine DU quotidien. Imposées par une planification d'État, les autoroutes ont déjà été amplement financées par l'impôt. Et pourtant, les automobilistes continuent de payer des « droits » toujours plus élevés pour pouvoir les emprunter. D'abord à l'État puis, à des transnationales, dont Vinci bien sûr, à qui il a cédé ces autoroutes pour des sommes dérisoires. Par là, la firme Vinci a acquis un quasi monopole dans la gestion des autoroutes.

Or, la société Vinci ne se réduit pas à ce seul domaine. Elle domine, en fait, l'ensemble du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP), soit la réalisation des grandes infrastructures : Lignes à Grande Vitesse, Lignes à Très Haute Tension, Centrales nucléaires, aéroports, … La société Vinci reconfigure, détruit et restructure les territoires. Une conquête menée à l'aide des Partenariats Public-Privé (PPP) qui permettent d'allier la légitimité démocratique, la finance publique et les forces de l'ordre de l'État à son savoir-faire, ses réseaux et son réalisme commercial. La société Vinci a donc toutes les allures d'une société totalitaire.

Face à l'omniprésence de Vinci, peut-être serait-il temps de s'inspirer de la forte résistance des habitant(e)s de Notre-Dame-des-Landes (Nord-Ouest de Nantes) où seule la lutte décolle contre le projet d'aéroport, dont Vinci est le concessionnaire.

Exigeons l'arrêt immédiat de ces projets Vinci, inutiles et mortifères, de l'opération militaire en cours à Notre-Dame-des-landes et réaffirmons notre solidarité avec les habitant(e)s de cette Zone à Défendre.

Comité de soutien Loir-et-Cher aux opposants à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Réunion publique le jeudi 20 décembre à 19h Bourse du travail, avenue de l'Europe à Blois

Commenter cet article

cderon 13/12/2012 13:49

Ce tract dont le ton me semble fort juste, contient dans son deuxième paragraphe deux formulations qui mériteraient discussion :

"d'allier la légitimité démocratique" : il me semble que nous nous revendiquons d'une autre légitimité démocratique. Si il s'agit de mettre en évidence l'interpénétration des intérêts entre Vinci et un certain nombre d'élus et d'instances dites représentatives, le terme "des élus qui s'imaginent nous représenter sur tous les sujets" me semble plus juste.

" La société Vinci a donc toutes les allures d'une société totalitaire". Le terme totalitaire fait en général référence aux régimes du même nom (nazisme, stalinisme...). Le terme fait référence à une société contrôlée consciemment et complètement à partir du pouvoir politique. On voit donc difficilement comment une société privée qui est loin d'être la seule dans son domaine, pourrait obtenir ce résultat. Tentaculaire me semble préférable.

Il me semble important d'éviter ce genre d'erreur dans nos tracts car cela ne peut que détourner le débat sur ce qui est important (contre l'aéroport et son monde). Ce débat avait commencé sur la liste de diffusion ; il peut se continuer ici.